Des sites historiques américains menacés par la montée du niveau des océans

chateau-turquie
Un mystérieux château vieux de 3 000 ans a été découvert au fond du plus grand lac de Turquie
November 22, 2017
7825968422_bcde1abbe9_z-640x336
La pollution de l’océan par les plastiques, une crise planétaire, dit l’ONU
December 5, 2017

Des sites historiques américains menacés par la montée du niveau des océans

montee-niveau-mer

Par Radio-Canada avec Agence France-Presse, 29 novembre 2017

Plus de 13 000 sites archéologiques et historiques aux États-Unis pourraient être submergés d’ici la fin du siècle par une montée du niveau des océans, selon une étude menée par des chercheurs américains.

journal-plos-one-720x793

Si les modèles climatiques actuels voient juste, une hausse d’un mètre du niveau d’eau pourrait engloutir ces sites, dont plus d’un millier sont inscrits au registre national des lieux historiques, dans le sud-est des États-Unis.

Les chercheurs s’inquiètent particulièrement pour les côtes de Floride, qu’ils estiment très vulnérables, puis pour la Louisiane et la Virginie, selon l’étude.

Cela entraînerait la destruction d’un « grand nombre de sites archéologiques, de bâtiments, de cimetières et de hauts lieux culturels », affirme David Anderson, professeur à l’Université du Tennessee à Knoxville et principal auteur de ces travaux.

L’étude, qui s’appuie sur des données topographiques pour estimer le risque d’engloutissement selon différents scénarios, mentionne, entre autres sites, des vestiges indiens remontant à plus de 10 000 ans, la ville de Jamestown, en Virginie, lieu de la première colonie britannique permanente sur le continent américain, ainsi que la ville de Charlestown, en Caroline du Sud.

L’étude a été publiée dans la revue scientifique en ligne Plos One.

Un rapport similaire, publié en 2014 par la Union of Concerned Scientists, estimait que la montée du niveau des océans menaçait une trentaine de lieux américains importants, comme la statue de la Liberté et le Centre spatial Kennedy.

 

Source : Radio-Canada

Comments are closed.