Comment restituer l’oxygène à l’océan? Un résumé à l’attention des décideurs politiques

316a04f1-ba4c-463e-825b-e96d04d77ac3_JDX-NO-RATIO_WEB
Cent ans après son départ, le navire d’un explorateur regagne la Norvège
August 6, 2018
Natick_Deployment_70.0
Projet Natick : Microsoft ajoute des webcams à son datacenter sous-marin
August 13, 2018

Comment restituer l’oxygène à l’océan? Un résumé à l’attention des décideurs politiques

Capture

Par la Commission océanographique intergouvernementale31.07.2018

Le taux d’oxygène est en baisse dans l’océan. Depuis les années 1960, les zones ayant une faible teneur en oxygène en haute mer ont augmenté d’environ 4,5 km2 et plus de 500 sites à faible teneur en oxygène ont été identifiés dans le monde. Publié récemment par le Global Ocean Oxygen Network (GO2NE), groupe de travail d’experts de la COI, le résumé à l’intention des décideurs « L’océan perd son souffle: baisse de l’oxygène dans l’océan et les eaux côtières” vise à informer les décideurs politiques des dernières données et conclusions scientifiques sur cet important sujet, dans le but de garantir une prise de décision éclairée pour contrer cette menace pour la santé de l’océan.

La désoxygénation (une baisse du niveau d’oxygène) a lieu lorsque l’oxygène contenu dans l’eau est plus vite épuisé qu’il n’est renouvelé. L’excès de nutriments rejetés dans l’océan et l’augmentation des températures altèrent l’équilibre entre réduction et augmentation, aggravant le phénomène de désoxygénation. Pour faire face à ce phénomène mondial, la recherche, la surveillance et la gestion doivent être intrinsèquement liées aux décisions politiques qui affectent l’océan que nous partageons.

23bbc7ce31

Bien que l’on sache que l’oxygène est essentiel à la biologie, à l’écologie et au cycle biogéochimique de l’océan et qu’il est responsable de l’influence de l’océan sur le climat terrestre, il subsiste d’importantes incertitudes quant aux conséquences de la désoxygénation de l’océan. La recherche continue, les analyses d’observation et l’engagement des communautés sont des éléments nécessaires pour détecter non seulement l’étendue spatio-temporelle du phénomène, mais aussi pour mieux comprendre ses processus sous-jacents afin d’élaborer des stratégies d’adaptation et d’atténuation.

Le résumé à l’intention des décideurs du GO2NE s’organise selon 15 faits relatifs à la désoxygénation de l’océan que les décideurs politiques devraient prendre en compte lorsqu’ils abordent la question par le biais de politiques et de lois. De courtes sections présentent les connaissances scientifiques les plus récentes, identifient les lacunes restantes et recommandent des mesures spécifiques qui seraient nécessaires dans une stratégie générale pour restaurer l’oxygène de l’océan et réduire les impacts de la désoxygénation.

Les principales recommandations comprennent la réduction des émissions de gaz à effet de serre et des apports de nutriments dans les eaux côtières ainsi qui l’établissement des liens entre les changements climatiques et les stratégies de réduction des nutriments – deux domaines actuellement considérés séparément dans le monde politique. Le résumé à l’intention des décideurs souligne le rôle de la planification de l’espace maritime – de la “planification urbaine pour l’océan” – et des stratégies de gestion des pêches dans la lutte contre les vulnérabilités relatives à la désoxygénation et à la protection des espèces et habitats affectés. Enfin, l’un des besoins les plus urgents est de veiller à ce que la recherche, la gestion et les actions politiques soient développées de concert, avec une approche interdisciplinaire.

GO2NE est un groupe d’experts créé en 2016 au sein de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO. Le groupe s’engage à fournir une vision mondiale et multidisciplinaire de la désoxygénation et à mettre l’accent sur la compréhension de ses multiples aspects et impacts. GO2NE apporte des conseils scientifiques aux décideurs politiques pour lutter contre les tendances préoccupantes autour de la désoxygénation et préserver les ressources marines. Actuellement, les membres du groupe de travail principal représentent 21 institutions dans 11 pays.

Source : UNESCO

 

Comments are closed.