Une photo prise depuis l’ISS met en lumière le problème de la surpêche en Asie du Sud-Est

p04vk91c
Le Titanic pourrait disparaitre d’ici une vingtaine d’années
May 15, 2018

Une photo prise depuis l’ISS met en lumière le problème de la surpêche en Asie du Sud-Est

iss053-e-451778-e1526394309533

Par Ana Benabs – 17 mai 2018

L’exploitation des ressources halieutiques est une réalité, et cette photo récemment prise depuis l’ISS ne fait qu’apporter une nouvelle preuve de son intensité.

Déjà largement menacés par la pollution, les océans sont également menacés par la pêche intensive – ou surpêche –, qui ne cesse de décimer des espèces sous-marines depuis une quarantaine d’années. D’après un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), “la consommation mondiale de poisson par habitant a dépassé les 20 kilos par an” pour la première fois en 2016.

capture_50

NASA – ISS robotic arm

Repérée par Quartz le 15 mai, la photo a été prise en décembre dernier depuis la Station spatiale internationale, puis publiée sur le site de la NASA. En plus d’être impressionnante, cette vue nocturne de la mer d’Andaman, d’une partie de la Thaïlande et du Cambodge est révélatrice d’une véritable problématique actuelle : la pêche intensive.

Un point vert pour un bateau de pêche

Les points verts que l’on peut voir sur la photo sont les lumières que les bateaux utilisent pour attirer des poissons ou du plancton, qui deviendra à son tour appât pour pêcher le calamar. Et elles sont présentes en nombre, aussi bien du côté de la mer d’Andaman que du golfe de Thaïlande.

iss053-e-451778_crop

NASA – ISS robotic arm

Bien que la photo soit légèrement floue, on constate que les bateaux de pêche sont tellement rapprochés que la lumière qu’ils dégagent est presque aussi intenses que dans les villes côtières (les lumières blanches et jaunes).

Ce cliché est à mettre en relation avec le contenu d’un rapport publié par Greenpeace en mars 2017 dans lequel on apprenait qu’au niveau mondial, “80 % des stocks de poissons commerciaux sont soit surexploités, soit pleinement exploités”. En bref, bien trop de bateaux pour de moins en moins de poissons.

 

Source : Mashable France24

Comments are closed.