Des phares de la Colombie-Britannique (Canada) passent à l’énergie verte

www.wizvox.com
Conférence internationale ”Conservation et restauration en archéologie sous-marine : expériences, méthodes et nouvelles découvertes”, ICUA Zadar, 24 au 26 octobre 2019
May 3, 2019

Des phares de la Colombie-Britannique (Canada) passent à l’énergie verte

phare-merry-island-ile-sunshine-coast-eolienne-panneau-solaire

Radio- Canada – m

Le gouvernement fédéral équipe 10 phares de la Colombie-Britannique d’éoliennes et de panneaux solaires pour remplacer des générateurs fonctionnant au diesel.

Sur les 27 phares encore habités en Colombie-Britannique, ceux qui bénéficient de cette transition vers des énergies renouvelables sont ceux qui disposent de suffisamment d’espace et qui sont les plus facilement accessibles aux entreprises chargées d’installer les batteries, les poteaux, les hélices et les panneaux solaires.

phare-boat-bluff-prince-rupert-panneaux-solaires

Le phare de Boat Bluff, près de Prince-Rupert, est maintenant équipé de panneaux solaires. Photo : Pêches et Océans Canada

La plupart des phares fonctionnent encore au diesel, mais le gouvernement veut changer cela. La gardienne du phare de Cape Beale, près de Bamfield, apprécie l’initiative. ”Ce phare existe depuis 1874 et fonctionne depuis de nombreuses années au diesel,raconte-t-elle. C’est bien de passer enfin aux énergies renouvelables.”

L’objectif à terme est que tous les phares soient équipés d’éoliennes et de panneaux solaires, selon un ingénieur de Pêches et Océans Canada, Shaun Loader. Les générateurs ne serviront alors qu’en cas d’urgence.

Le défi est de faire fonctionner ces nouvelles sources d’énergie par tous les temps. ”Si ces phares sont situés en de tels endroits, explique Shaun Loader, c’est justement parce qu’ils sont exposés aux éléments naturels.”

Le déploiement d’éoliennes et de panneaux solaires vise non seulement à réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi à faire des économies. Shaun Loader pense que le coût d’installation peut être amorti en quatre ans grâce à la réduction du transport de carburant pour les générateurs.

L’ingénieur espère aussi que le changement améliorera la vie des gardiens. ”Imaginez la différence entre le bruit d’un générateur qui fonctionne 24 heures sur 24 dans un si bel endroit, dit-il, et le moment où on l‘arrête.”

Source : Radio-Canada

Comments are closed.