Peace Boat : Arctech choisi pour construire le futur Ecoship

a3aa2caf0d
L’UNESCO organisera l’événement «Un océan sans histoire? L’importance du patrimoine culturel subaquatique» à New York
May 19, 2017
bora-bora-french-polynesia-sunset-ocean
l’UNESCO lance un premier inventaire sur l’état de la science océanique dans le monde
June 2, 2017

Peace Boat : Arctech choisi pour construire le futur Ecoship

Ecoship

31/05/2017

Très beau contrat en perspective pour le chantier finlandais Arctech, spécialisé notamment dans la construction de brise-glaces en plein centre d’Helsinki. Hier à Oslo, il a en effet signé une lettre d’intention portant sur la commande, par l’ONG japonaise Peace Boat, de son futur navire amiral, l’Ecoship. Pour mémoire, Peace Boat mène depuis 1983 des voyages de la paix à bord de navires transformés en universités flottantes. Elle a annoncé le lancement de son nouveau projet original de navire vert lors de la COP 21, qui s’est tenu fin 2015 à Paris : « L’Ecoship incarnera les efforts en matière de développement durable par le biais de ses activités. Il naviguera pour le compte de Peace Boat à travers le monde pour des voyages éducatifs et transportera 5000 personnes par an. Il accueillera des expositions sur les technologies vertes dans de nombreux ports, jusqu’à 80 par an, et pourra aussi servir de laboratoire flottant contribuant aux recherches sur les océans, le climat et les technologies marines respectueuses de l’environnement », expliquait alors l’organisation.

224 mètres de long, 55.000 GT de jauge, 2000 passagers, 750 cabines : le futur navire de Peace Boat pourrait ressembler à un petit paquebot, type de navire qu’elle utilise historiquement (actuellement l’Ocean Dream). Sauf que, sans doute dans la continuité du développement durable qu’elle promeut, l’ONG a choisi de construire un bateau qui intègre toutes les dernières innovations éco-technologiques.

peace_boat_ecoship_1_credit_peace_boat

La réflexion, entamée en 2014, a été appuyée par la société de classification DNV-GL. C’est ensuite le cabinet d’architecture navale espagnol Oliver Design qui a été choisi pour sa proposition de navire « biophile » – qui utilise le plus possible de solutions naturelles. 10 mâts, des voiles couvertes de panneaux solaires, des revêtements de coques non toxiques, une propulsion duale GNL/MDO, une ferme solaire de 6000 m2 sur le pont supérieur pour une production de 750 kW, des batteries, un circuit fermé de traitement de l’eau et un système qui récupérera 80% de la chaleur produite… Un memorandum pour son développement, son design et sa construction avait été signé à Hambourg en septembre. La lettre d’intention signée par Arctech et qui doit encore être transformée en commande, prévoit une livraison du navire en 2020.

 

Source : Mer et Marine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *