Energy Observer est un projet de navire expérimental et d’expédition

hydrohouse5
L’incroyable Hydrohouse de l’architecte naval Max Zhivov
July 7, 2017
https _blueprint-api-production.s3.amazonaws.com_uploads_card_image_537824_0123aec8-eb06-4ef8-9c62-36013638e29c
Sur un lac chinois, les patrouilles de secours sont désormais constituées de robots maritimes autonomes
July 18, 2017

Energy Observer est un projet de navire expérimental et d’expédition

energy-observer-content1

10-07-2017

Energy Observer est un navire à hydrogène autonome mis à l’eau en avril 2017. Développé en collaboration avec les ingénieurs du Liten le navire va tester et démontrer l’efficacité d’une chaîne de production énergétique complète reposant sur le couplage de différentes énergies renouvelables1. Après sa mise à l’eau, le navire partira au pour un tour du monde de six ans afin d’optimiser ses technologies et mener une expédition au service des solutions durables pour la transition énergétique.

dji-0232-mov-00-01-18-17-image-fixe001-14

© ROMAIN FROGÉ – ENERGY OBSERVER

Technologies

Conçu en partenariat avec une équipe d’architectes navals et le Liten de Grenoble, ce navire expérimental est le premier bateau autonome en énergie et sans émission de gaz à effet de serre, propulsé à l’hydrogène et aux énergies renouvelables. Il est le premier navire au monde capable de produire son hydrogène à bord à partir de l’eau de mer, et de manière décarbonnée, grâce au couplage énergétique avec10 : trois types différents de panneaux photovoltaïques répartis sur 130 m2 de surface, deux éoliennes à axe vertical, un kite de traction, deux moteurs électriques réversibles pour de l’hydrogénation.

test-jour3-jeremybidon-2061

© JEREMY BIDON – ENERGY OBSERVER

Expédition

Energy Observer sera mis à l’eau en hiver 2017 pour une phase de tests en mer avant son grand départ de Saint-Malo au printemps. Il partira ensuite pour une première escale évènementielle à Paris où il sera officiellement baptisé. Cet événement marquera la grand départ d’une expédition de six ans, 50 pays et 101 escales prévues de 2017 à 2022 : capitales maritimes, ports historiques, réserves naturelles, écosystèmes menacés et grands événements internationaux5. Cette expédition aura pour objectif de réconcilier l’écologie et la technologie et de démontrer qu’il est possible de réduire l’impact humain sur l’environnement, sans réduire son confort.

en2_1

eo2

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *