Cent ans après son départ, le navire d’un explorateur regagne la Norvège

plastique_0
Seulement 13 % des océans de notre planète sont encore à l’état sauvage
July 28, 2018
Capture
Comment restituer l’oxygène à l’océan? Un résumé à l’attention des décideurs politiques
August 10, 2018

Cent ans après son départ, le navire d’un explorateur regagne la Norvège

316a04f1-ba4c-463e-825b-e96d04d77ac3_JDX-NO-RATIO_WEB

Par AFP –

Le Maud, trois-mâts de l’explorateur norvégien Roald Amundsen, a retrouvé sa Norvège natale lundi, cent ans après l’avoir quittée pour une expédition dans l’Arctique, a annoncé le chef du projet de rapatriement.

Précieuse relique des expéditions polaires norvégiennes, le Maud a été remonté à la surface en 2016 après 85 années passées dans les eaux du Grand Nord canadien, où il avait coulé en 1930.

maud

Par Jan Wanggaard

Après avoir quitté le Groenland fin juin, l’épave a été remorquée à travers l’Atlantique Nord à bord d’une grande barge et a gagné lundi matin le port de Bergen, dans l’ouest de la Norvège.

«Le voyage a été long mais il s’est bien passé», a déclaré à l’AFP le chef de l’opération, Jan Wanggaard.

Grâce aux financements de trois frères et entrepreneurs norvégiens, le Maud sera in fine exposé dans la municipalité d’Asker (sud-est) où il avait été mis à flot en 1917.

«Roald Amundsen est un personnage historique important en Norvège», a fait valoir M. Wanggaard. «Nous souhaitons raconter l’histoire de cette expédition au peuple norvégien».

maud1

Par Jan Wanggaard

Premier homme à conquérir le pôle Sud en 1911, Amundsen voulait utiliser le Maud pour étudier l’océan Arctique en le laissant être pris dans les glaces et dériver autour du pôle Nord.

L’expédition lancée en 1918 avait notamment permis d’explorer le passage du Nord-Est, apportant une riche moisson de résultats scientifiques, mais la faillite financière d’Amundsen avait entraîné la vente du bateau à la Compagnie de la Baie d’Hudson en 1925.

Rebaptisé «Baymaud», le trois-mâts avait coulé cinq ans plus tard près de la rive de Cambridge Bay, dans le territoire canadien du Nunavut.

 

Source : Le Devoir

Comments are closed.